ARUCI-SMC
Origine, aquarelle sur papier yupo, 16 x 20 pc
Je suis une personne, pas une maladie (personne utilisatrice de services en santé mentale)
Vous êtes ici : Accueil > Activités et nouvelles

31 octobre 2012 - Publication [ Canada | Québec ]

Lancement du rapport de recherche "État de situation sur la participation des personnes utilisatrices suite au Plan d’action en santé mentale 2005-2010"

LES AUTEUR.ES

  • Michèle Clément, chercheure, GRIOSE-SM, CSSS de la Vieille Capitale, ARUCI-SMC
  • Lourdes Rodriguez del Barrio, chercheure, directrice de l’ARUCI-SMC, Universite de Montréal
  • Jean Gagné, chercheur, CSSS Jeanne-Mance, TELUQ, ARUCI-SMC
  • Catherine Vallée, chercheure, Universite Laval, GRIOSE-SM, CSSS de la Vieille Capitale
  • Annie Levesque, professionnelle de recherche, GRIOSE-SM, CSSS de la Vieille Capitale

RÉSUMÉ DU RAPPORT

En 2005, le ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) s’est dote d’un Plan d’action en santé mentale (2005-2010. La force des liens) (PASM), ou l’idée de partenariat entre les usagers et les décideurs a été mise de l’avant. Désormais le MSSS, les Agences de la santé et des services sociaux (ASSS) ainsi que les Centres de santé et services sociaux (CSSS) devaient s’assurer d’obtenir la participation des utilisateurs de services en santé mentale, et ce, pour tous les exercices de planification et d’organisation des services de santé mentale.

Ce projet de recherche propose de jeter un regard évaluatif sur la mobilisation participative des personnes utilisatrices insufflée par le PASM. Pour ce faire, trente-cinq personnes, sélectionnées dans 11 régions administratives du Québec, ont été interrogées sur différentes dimensions de la participation telles qu’elles se présentent dans leur région : Comment a-t-on reçu et interprète la directive du MSSS ? Qui participe ? Pourquoi participe-t-on ? A quoi participe-t-on ? Comment participe-t-on ? Quels sont les enjeux du développement de la participation ?

De manière générale, les résultats indiquent que la directive du MSSS a, pour la plupart des répondants, été bien reçue, mais que cela ne renvoie pas systématiquement à son application et à sa prise en charge par les institutions. De ce fait, plusieurs lieux de participation ne sont pas encore investis de la participation des personnes utilisatrices. Dans les régions explorées, ce sont les regroupements de personnes utilisatrices, souvent soutenues par un organisme communautaire, qui sont les principaux moteurs d’activité de la participation.

Ces derniers organisent les processus de nomination et apportent la plus grande partie des mesures de soutien aux personnes qui siègent dans les lieux de participation.

Les résultats de l’étude montrent entre autres que les principales préoccupations portées par les personnes utilisatrices ne sont pas tant liées à l’organisation des services qu’à leurs conditions de vie dans la communauté : logement, travail, droits, etc. En ce qui concerne plus directement les services, le rôle attribue aux personnes utilisatrice est souvent celui de courroie de transmission de l’information. Leur influence sur les décisions est quant à elle plutôt mitigée.

Dans les régions, les facteurs reconnus pour influencer le développement de la participation par les répondants sont les caractéristiques des acteurs impliques, le financement, la présence ou non d’un regroupement de personnes utilisatrices, l’implication du milieu communautaire, le contexte organisationnel et les expériences passées de participation.

Pour rendre plus effective l’application de la directive du MSSS, différentes mesures apparaissent incontournables : préciser les rôles et les attentes envers les personnes utilisatrices, définir les cibles à atteindre et rendre obligatoire la reddition de compte et le financement des activités de participation par les CSSS, les ASSS et le MSSS.

Ce rapport a été réalisé grâce à la contribution financière de l’Alliance internationale de recherche universités-communautés – Santé mentale et citoyenneté (ARUCI-SMC), financée par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et le Centre de recherches pour le développement international (CRSH/CRDI).

Fichier(s) joints(s)

Tous droits réservés © 2011, Santé mentale et citoyenneté