ARUCI-SMC
Je suis une personne, pas une maladie (personne utilisatrice de services en santé mentale)
Vous êtes ici : Accueil > Membres > Chercheurs

Eric Latimer, Ph. D.

Professeur agrégé, Département de psychiatrie, Université McGill

Eric Latimer

Institut Douglas
Pavillon Perry, bureau E-3114
6875, boulevard LaSalle
Montréal (Québec) Canada
H4H 1R3

T514 761-6131 poste 2351

@eric.latimer@douglas.mcgill.ca

Eric Latimer est au départ un économiste de la santé (Ph. D. Carnegie Mellon, 1989). Il s’est d’abord intéressé à des questions touchant les services médicaux (professeur adjoint, École de santé publique de Harvard, 1989-1996). En 1996, il est revenu à Montréal, pour se tourner vers les services de santé mentale, au Centre de recherche de l’Hôpital Douglas et au Département de psychiatrie de l’Université McGill. Il s’est alors intéressé au suivi intensif en équipe (modèle Assertive Community Treatment), publiant notamment, en 1999, un rapport sur la pertinence de ce modèle pour le Québec, sous l’égide du Conseil d’évaluation des technologies de la santé) et une revue de la littérature, souvent citée, sur les impacts économiques du suivi intensif. Il a effectué des évaluations de divers programmes de suivi intensif au Québec et collaboré avec plusieurs collègues pour y promouvoir l’implantation du suivi intensif. Depuis 2001, il s’est aussi intéressé au soutien à l’emploi de type Individual Placement and Support (IPS), démontrant que ce modèle est efficace au Québec comme aux États-Unis. En 2008, il a publié une monographie sur la pertinence de ce modèle pour le Québec (sous l’égide de l’Agence d’évaluation des technologies et modes d’intervention en santé). Par ailleurs, il s’est intéressé aux profils d’utilisation d’antipsychotiques au Québec. Depuis 2009, il est chercheur principal pour le site de Montréal du projet Chez Soi, une vaste étude expérimentale (5 villes canadiennes, 110 M$) financée par la Commission de la santé mentale du Canada, qui évalue l’hypothèse selon laquelle on peut améliorer l’efficacité et l’efficience des interventions auprès des personnes itinérantes qui ont des problèmes de santé mentale en offrant à ces personnes un appartement subventionné de leur choix, en même temps qu’un suivi intensif ou suivi communautaire orienté vers le rétablissement et bien structuré.

Autres affiliations

Tous droits réservés © 2011, Santé mentale et citoyenneté