ARUCI-SMC
Migration, aquarelle sur papier yupo, 16 x 20 pc
La question de la place des personnes, leur rôle, leur contribution, leur participation, c’est primordial; il y a là une grande richesse de l’ARUCI-SMC
Vous êtes ici : Accueil > Membres > Étudiants

Marjolaine Tremblay

Candidat(e) à la maîtrise

Département des Sciences Humaines, Unité d’enseignement en travail social, Université du Québec à Chicoutimi

Marjolaine Tremblay

Direction : Ph. D. Christiane Bergeron-Lecrec, Université du Québec à Chicoutimi

Projet de maîtrise  :  L’apport de la relation thérapeutique dans le rétablissement des personnes atteintes d’un trouble mental grave.

Marjolaine Tremblay a complété un baccalauréat en psychologie et poursuit présentement des études de deuxième cycle en travail social à l’Université du Québec à Chicoutimi. Ses expériences de travail les plus significatives ont été acquises dans un centre d’hébergement pour femmes en difficulté où elle œuvre pendant deux ans, puis dans un autre centre d’hébergement uniquement pour les personnes atteintes d’un trouble mental. Son intérêt pour la santé mentale a toujours été proéminent et par le biais des cours, de ses recherches et de ses expériences de travail, elle s’intéresse tout particulièrement au rétablissement des personnes atteintes d’un trouble mental grave. Elle se consacre désormais à sa maîtrise qui porte sur l’apport de la relation thérapeutique dans le rétablissement de ces personnes tout en occupant la fonction d’auxiliaire d’enseignement pour les cours d’Introduction au travail social et de Santé mentale et travail social à l’Université du Québec à Chicoutimi.

Le projet de recherche de Marjolaine vise à explorer les possibles rôles et apports de la relation thérapeutique (RT) dans le rétablissement des personnes atteintes d’un trouble mental grave. Les impacts de la RT seront explorés par le biais d’une étude de type qualitative exploratoire qui vise l’atteinte de trois objectifs. Le premier objectif est de décrire les caractéristiques de la RT entre la personne et son intervenant social. Le second objectif consiste à situer cette relation thérapeutique dans le contexte du réseau de soutien social de la personne. Le troisième objectif vise à décrire les bénéfices engendrés par la RT par rapport aux indicateurs de rétablissement (ex. appropriation du pouvoir, buts personnels, espoir). Cette recherche permettra un éclairage nouveau sur les attitudes, principes et approches d’intervention afin de mieux guider l’intervention psychosociale auprès des personnes ayant des troubles mentaux, dans l’optique d’établir une meilleure RT.

 

Tous droits réservés © 2011, Santé mentale et citoyenneté