ARUCI-SMC
Attraction, aquarelle sur papier yupo, 9 x 17 pc
À l’ARUCI-SMC, on dépasse nos intérêts corporatifs; on est là pour travailler ensemble pour l’amélioration des conditions d’existence des personnes utilisatrices de services en santé mentale
Vous êtes ici : Accueil > Présentation > Gouvernance > Participation et fonctionnement

Participation et fonctionnement

La participation des membres

 L’ARUCI-SMC repose avant tout sur ses membres : chercheures et chercheurs, collaboratrices et collaborateurs, organismes partenaires. Il s’agit d’une participation à la fois individuelle et collective, par laquelle les membres entrent dans un espace de dialogue et de discussion les uns avec les autres.

L’ARUCI-SMC a mis en place une série d’instances permettant la représentation et la participation de la diversité des acteurs à ses orientations et activités. La première instance demeure la réunion régulière des membres.

Les réunions régulières des membres

La participation des membres au sein de l’ARUCI-SMC passe d’abord par la présence à deux types de réunions:

  • des séminaires, qui portent sur le contenu de la programmation, les projets de recherche spécifiques, la méta-analyse;
  • des rencontres de planification et fonctionnement, qui portent sur le suivi des travaux de l’équipe, le fonctionnement général des instances, la planification d’activités, l’évaluation, les outils de communication, etc.

Une participation assidue à ces réunions est attendue de chaque membre, car elles constituent le lieu privilégié pour faire avancer la réflexion commune à partir des recherches et pour entrer en dialogue avec les autres membres.

L’importance de l’auto-évaluation

Au sein de l’ARUCI-SMC une grande importance est accordée à l’auto-évaluation. L’auto-évaluation est une condition de réussite du projet et d’atteinte des objectifs en particulier celui de l’avancement des connaissances et de l’approfondissement des processus participatifs. La structure de gouvernance fait donc une place à l’auto-évaluation comme processus permettant l’ajustement de la structure et des orientations en fonction de l’avancement des projets. La prise en compte des points de vue des membres se fait ainsi à la fois à travers leur participation aux instances et par des mécanismes d’évaluation spécifiques (focus groupes et entrevues individuelles). 

Les valeurs et les principes

Les mécanismes de gouvernance et de fonctionnement de l’ARUCI-SMC se fondent sur les valeurs et les principes suivants :

  • La reconnaissance des savoirs pluriels et l’égalité des rapports entre les membres. L’ARUCI-SMC est composée de membres différents quant à leur position dans le champs de la santé mentale, leur histoire personnelle, leur culture, leurs perspectives, leurs statuts, leurs expériences des services de santé mentale, leurs savoirs, etc. Ces personnes se rencontrent dans un espace singulier qui vise l’avancement des connaissances et l’innovation des pratiques et des politiques. Leurs différences entrent en jeu et les discussions se font de manière à assurer les rapports les plus égalitaires possibles, ainsi que la reconnaissance des apports spécifiques à chacun. Est mise en place une flexibilité suffisante pour que la programmation et les activités reflètent bien les préoccupations des membres dans leur diversité.
  • La participation directe des personnes concernées. L’ARUCI-SMC repose de manière explicite sur la participation des personnes utilisatrices de services à l’ensemble des mécanismes de gouvernance de l’équipe. Tout doit être mis en œuvre pour faciliter, soutenir et renforcer cette participation. L’importance de principe accordée à cette participation se traduit concrètement par la présence active de personnes concernées dans toutes les instances de l’ARUCI-SMC et dans un mécanisme spécifique appelé le « comité citoyens ». Le choix du terme « citoyens » a été fait par les personnes elles-mêmes impliquées dans ces comités et indique le type d’identité revendiqué à ce stade-ci de leur expérience et l’accent choisi pour orienter leurs réflexions.
Tous droits réservés © 2011, Santé mentale et citoyenneté