ARUCI-SMC
Dama Lua
O GAM nos deu uma linguagem comum, a linguagem da cidadania. (pessoa usuária de serviços que participa do projeto GAM - Brasil) 
Vous êtes ici : Accueil > Projets > Les politiques, services et pratiques de santé mentale - Axe 2 > Impacts de la participation des premières personnes concernées à la formation universitaire des intervenants

Impacts de la participation des premières personnes concernées à la formation universitaire des intervenants

Impacts de la participation des premières personnes concernées à la formation universitaire des intervenants
Canada, Québec 

Équipe de recherche

  • Lourdes Rodriguez Del Barrio, Ph.D., Université de Montréal; Celia Rojas-Viger, Ph.D., Université de Montréal; Hélène Grandbois, ARUCI-SMC. 

Des études mentionnent que le regard que posent les intervenants sur les personnes vivant un problème de santé mentale peut être un obstacle à leur participation. Afin de participer à la transformation de ce regard, ce projet vise à promouvoir l'intégration systématique de présentations d'utilisateurs de services à différents cours offerts lors de la formation des futurs intervenants en santé mentale. Les présentateurs proviendront tant du milieu de la défense des droits que des ressources communautaires. Ce contact avec les utilisateurs de services vise une compréhension de ce que vivent les personnes en détresse psychosociale, la complexité de leurs parcours et les effets que peuvent avoir les services sur leur mieux-être. Les présentations permettront aussi d'illustrer aux étudiants les enjeux et les pratiques qu'ils privilégient. Cette participation vise un changement de la représentation qu'ont les étudiants des personnes qui vivent avec un problème de santé mentale et contribuera à la réflexion sur les modèles, le rôle et les impacts de l'intervention sociale à partir de la perspective des personnes directement concernées. Le soutien de l’ARUCI-SMC (fonds de démarrage) a permis de réaliser une étude exploratoire (première phase: Sept 2010-sept 2011) auprès d’étudiants en service social. Ce projet a mis en évidence que cette rencontre avec des personnes utilisatrices dans le cadre d'un cours permet aux étudiants de se rendre compte de la réalité des personnes avec lesquelles elles auront la possibilité de travailler. Une seconde phase (avril 2012-mai 2013) de ce projet cherche à étendre de manière plus large la participation d'usager à la formation des futurs intervenants en santé mentale.

Financement : Fonds ARUCI-SMC

Objectifs de recherche :

  • Contribuer à la réflexion sur les modèles, le rôle et les impacts de l'intervention sociale à partir de la perspective des premières personnes concernées.
  • Contribuer à la réduction de la stigmatisation auprès des futurs professionnels de la santé mentale.
  • Évaluer l'impact de la participation directe des personnes vivant des problèmes de santé mentale à la formation universitaire sur la représentation des problèmes et de l'intervention professionnelle des diverses disciplines en santé mentale.

Contributions et retombées :

La formation des étudiants sera enrichie et bonifiée par cette participation des personnes directement concernées par les services. Le contact avec des personnes provenant du milieu communautaire et alternatif offrira d'autres référents à ces futurs intervenants, d'autres milieux de pratiques possibles et d'autres conceptions des problèmes de santé mentale que celles qui sont généralement véhiculées. Une des retombées et non des moindres est de donner de l'espoir aux futurs intervenants quant aux possibilités de rétablissement des personnes, de changer leur vision des problèmes de santé mentale et de développer un esprit critique par rapport à leurs pratiques et leur rôle.

  • Deux cours ont été élaborés (premier et deuxième cycle) en collaboration avec le comité citoyen de l’ARUCI-SMC et des partenaires de l'ARUCI-SMC (notamment CAMÉÉ, Prise II, Le Pavois) afin de mettre en contact de futurs intervenants avec des pratiques novatrices fondées sur l’expérience des personnes vivant avec un problème de santé mentale.
Tous droits réservés © 2011, Santé mentale et citoyenneté