ARUCI-SMC
Vous êtes ici : Accueil > Projets > Les réalités des personnes - Axe 1 > Repenser l’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale importants

Repenser l’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale importants

Repenser l’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale. Pour une démarche citoyenne de réflexion et d’action.
Canada, Québec

Équipe de recherche

  • Marie-Laurence Poirel, Ph.D., Université de Montréal; Michèle Clément, Ph.D., CSSS Vieille-Capitale; Jean Gagné, Ph.D., TÉLUQ; Lourdes Rodriguez del Barrio, Ph.D., Université de Montréal, Raymond Beaunoyer, RRASMQ; Maryse Bouffard, CTR de Nemours; Jean-Nicolas Ouellet, CAMÉÉ; Sally Robb; Brigitte Soucy, Le Pavois; Nancy Gagnon, Maison Jacques Ferron; Christiane Germain, La Parentrie; Sylvain Dubé, Le Rivage, étudiant de 2e cycle, École de service social, Université de Montréal

Financement : FQRSC (2012-2014) et CRSH

Les politiques et les programmes en santé mentale évoquent désormais le projet d’une ré-intégration dans la collectivité des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale importants, voire d’une « participation active à la vie en société » (MSSS, 2005). Cependant, beaucoup de ces personnes vivent dans la collectivité sans en faire vraiment partie. Ce type de constat appelle une problématisation plus poussée de ce que signifie l’intégration dans la collectivité et des conditions qu’elle suppose. Un ensemble de forces, de mécanismes à la fois idéologiques et symboliques (conceptions et représentations collectives), interactionnels (rapports entre acteurs et groupes d’acteurs), institutionnels (programmes et politiques sociales) et structurels (situation de l’économie nationale et du marché de l’emploi) semblent se conjuguer, formant ainsi une intrication complexe de barrières à l’intérieur du champ de la santé mentale comme à l’extérieur de celui-ci. Cette recherche porte sur l’obstacle à l’intégration et s’intéresse plus particulièrement à l’articulation entre les barrières symboliques et celles qui relèvent des autres dimensions (matérielles, interactionnelles, institutionnelles, structurelles). Elle souhaite éclairer cette dynamique en sollicitant le point de vue de différents acteurs du champ de la santé mentale.

Objectifs de recherche :

  • L’objectif général de cette recherche est de mieux comprendre les conditions de réalisation d’une plus large intégration dans la collectivité des personnes vivant avec des problèmes importants de santé mentale et les barrières qui s’élèvent à cet égard afin de contribuer à dégager des stratégies pour soutenir les processus d’intégration de ces personnes.

Contributions et retombées :

  • Révision du concept d’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec des problèmes de SM importants qui prend en compte la responsabilité collective, la complexité et la diversité des phénomènes impliqués, la singularité des trajectoires individuelles et l’expérience de différents acteurs;
  • Approfondissement de pratiques diversifiées qui tentent de contrer les processus de marginalisation et soutiennent l’intégration.

 

Publications

Hage, M., Poirel, M.-L. (2014). Regarder l’arc-en-ciel : Pour réinventer l’intégration. [Documentaire sur DVD]. Montréal : Marie-Laurence Poirel

Poirel, M.-L. et Weiss, B. (2014). Vous avez dit intégration? Dans M.-C. Doucet et N. Moreau (dir.), Penser les liens entre santé mentale et société aujourd’hui(p. 159-179). Québec : Presses de l’Université du Québec.

Poirel, M-L.; Weiss, B.; Khoury, E. et Clément, M. (2015). Entre pressions normatives et résistances : l’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec un problème de santé mentale. Nouvelles pratiques sociales, dossier Normativités, marginalités sociales et intervention. Vol. 27, No. 2, p. 193-207

 

Tous droits réservés © 2011, Santé mentale et citoyenneté